NE MANQUEZ RIEN!

Grâce à sa newsletter, HELLA vous informe gratuitement, toutes les deux semaines, de toutes les nouveautés de HELLA TECH WORLD

Restez informés!
Afficher les informations complémentaires concernant notre newsletter Masquer les informations complémentaires concernant notre newsletter
 

Grâce à sa newsletter, HELLA vous informe gratuitement, toutes les deux semaines, de toutes les nouveautés de HELLA TECH WORLD, telles que :

  • Nouvelles consignes de réparation spécifiques au véhicule
  • Informations techniques, des connaissances de base aux conseils de diagnostics
  • Nouveautés produits
  • Campagnes marketing pour les ateliers et jeux promotionnels

Pour cela, il vous suffit de saisir votre adresse e-mail. Si vous ne souhaitez plus recevoir la newsletter, veuillez cliquer ici.

HUMIDITÉ ET CONDENSATION DANS LE PROJECTEUR ET LES PHARES

Vous trouverez ici des connaissances précieuses et des conseils utiles au sujet de l'humidité dans les projecteurs et dans les feux du véhicule.

Les projecteurs et les feux embués intérieurement sont généralement considérés comme un défaut par les automobilistes. Mais dans certains cas, ce phénomène a des causes physiques. Vous en trouverez l'explication sur cette page. Vous apprendrez également quoi faire si de l'eau s'accumule à l'intérieur d'un projecteur ou d'un feu du véhicule. Les instructions pas à pas de remplacement des feux défectueux contiennent également des conseils pratiques précieux.

Consigne de sécurité importante
Les informations techniques et les conseils pratiques compilés ci-après ont été rédigés par HELLA afin de fournir une aide professionnelle aux ateliers de la réparation automobile dans le cadre de leurs activités. Toutes les informations mises à disposition sur ce site sont destinées à être exploitées uniquement par des professionnels qualifiés.

 

INFLUENCE DE L'HUMIDITÉ SUR LES SYSTÈMES D'ÉCLAIRAGE: PRINCIPES

Lorsque l'humidité s'infiltre dans un système d'éclairage, l'altération de la répartition et/ou de la puissance lumineuse perçue par le client n'est que la conséquence manifeste de ce phénomène. Dans de nombreux cas, la corrosion provoquée par l'humidité constitue un problème beaucoup plus sérieux. Alors qu'une condensation excessive sur les projecteurs et les feux peut être discernée rapidement, la corrosion oeuvre de façon latente. Ce n'est qu'au moment du diagnostic, par exemple en cas de défaillance d'une fonction d'éclairage, qu'apparaît toute l'étendue des dégâts. On peut citer, à titre d'exemple, des connexions enfichables corrodées, des contacts sertis rongés par l'oxydation et des porte-lampes en piteux état. Par rapport aux VU et VP, ce sujet est encore plus sensible sur les camping-cars et les caravanes. La pénétration d'humidité peut ici non seulement endommager le feu et son câblage, mais aussi se répandre dans l'isolation de la caisse, ce qui peut entraîner une éventuelle formation de moisissure.

 

Les points essentiels d'une réparation professionnelle seront traités en prenant l'exemple de divers feux d'un camping-car.

 

Voici d'abord un rappel de quelques lois de la physique concernant l'humidité dans les systèmes d'éclairage. Elles peuvent servir de base d'information lors de la discussion avec le client.

Condensation sur les feux

Lorsque cette situation est constatée, il ne s'agit pas nécessairement d'un défaut. Si la glace est embuée, la surface de sortie de lumière doit être désembuée après un certain laps de temps avec la lampe allumée. La durée de cette phase peut cependant varier en fonction de la température ambiante et de l'humidité relative de l'air. L'embuage est un processus physique normal et n'implique aucun risque technique étant donné que le réflecteur est protégé contre les effets de la condensation.

 

Lorsque la lampe est allumée, l'air que le feu contient se réchauffe. Par la ventilation du feu arrière, l'air réchauffé et sec, qui a augmenté de volume, est expulsé du boîtier du feu arrière. Après l'extinction de la lampe, l'air dans le feu arrière se refroidit à nouveau lentement. Par conséquent, l'air extérieur, saturé en humidité, est « aspiré » à l'intérieur du feu. Ceci peut conduire à la formation de condensation sur la face intérieure de la glace en cas d'humidité atmosphérique élevée et d'écarts de température importants à l'intérieur du feu. Ce phénomène est fréquent en saison froide et par temps humide. Cependant, si la condensation est si importante que des gouttes d'eau se forment sur la glace (voir figure 1) ou que de l'eau s'accumule dans la partie inférieure du feu (voir figure 2), il faut vérifier si le joint est endommagé et le remplacer si nécessaire.

 

En outre, il faut vérifier si les orifices de ventilation du feu ne sont pas bouchés. Le feu peut être séché à l'air comprimé non lubrifié. Si de l'eau continue à s'accumuler dans le feu, celui-ci doit être remplacé.

Effet capillaire

L'effet capillaire dans les feux est un sujet plutôt méconnu. Ce phénomène est souvent responsable de la pénétration et de l'accumulation d'eau dans un feu. L'effet capillaire décrit la propriété de liquides à se répandre à des degrés différents dans des tubes ou fissures étroit(e)s.

 

Dans un câble électrique, l'effet capillaire consiste en ce que des molécules d'eau et des molécules de la gaine du câble s'attirent. Plus un tube capillaire est étroit (capillaire = cavité étroite), plus cette attraction est forte. Pour que l'effet capillaire se réalise, il faut que de l'eau parvienne dans le câble. Ceci est souvent dû à une connexion enfichable non étanche à l'eau. Les connecteurs plats simples, les prises vampires, etc. n'offrent pas au câble une protection suffisante contre l'humidité. De l'eau peut ainsi pénétrer dans le câble en passant par la zone du câble mal ou non isolée au-dessous de la gaine (isolation) (voir figure 3).

 

Par effet capillaire dans le câble, l'humidité entre les tresses en cuivre et la gaine du câble progresse jusque dans le feu.

 

Il convient donc de toujours utiliser des connexions enfichables et des jonctions de câbles étanches à l'eau, comme par exemple les connecteurs Superseal (voir figure 4).

DÉPANNAGE DES SYSTÈMES D'ÉCLAIRAGE EMBUÉS: DÉPANNAGE

Lorsqu'un automobiliste se plaint d'une forte condensation sur le dispositif d'éclairage de son véhicule, les causes peuvent être diverses. Une procédure systématique est par conséquent indispensable pour détecter rapidement et sûrement les défauts. L'arborescence de recherche de défauts (voir graphique) montre les principales étapes de contrôle.

Humidité dans le projecteur : dépannage

RÉPARATION DU FEU DE STOP: INSTRUCTIONS

La défaillance d'une fonction d'éclairage est souvent la cause d'une visite au garage.

 

Dans le cas décrit ici, le feu de stop gauche et un feu de position latéral sont en panne. Lors du démontage des feux, la cause apparaît de façon évidente. Le feu arrière ne présente aucune étanchéité vis-à-vis du support en plastique, si bien que des salissures et de l'eau peuvent pénétrer librement dans le feu (voir figures 5 et 6). Le porte-lampes, les douilles de lampe ainsi que les contacts sertis sont si fortement corrodés qu'ils doivent être entièrement remplacés. En outre, le chemin de câbles à l'intérieur de la caisse n'est pas isolé non plus, si bien que là aussi, l'infiltration d'eau a laissé des traces nettes.

 

Pour procéder aux réparations adéquates, un certain assortiment d'éléments d'installation est donc nécessaire. La figure 7 vous en montre une sélection.

Couper les contacts sertis corrodés des câbles.

Couper les contacts sertis corrodés des câbles et démonter le porte-lampes du feu.

Regrouper les câbles.

Au niveau du passage de câbles, insérer une gaine thermorétractable adaptée (tenir compte du diamètre) sur les câbles et la chauffer à l'aide d'un pistolet à air chaud jusqu'à ce qu'elle « colle » aux câbles.

Choisir le bouchon adapté et pratiquer un trou au milieu.

Chez certains constructeurs de caravanes et de camping-cars, le passage de câbles est pratiqué par perçage. Si ce passage n'est pas isolé, des bouchons en caoutchouc peuvent être utilisés pour remédier au problème. Ceux-ci sont proposés en différentes tailles dans des coffrets d'assortiments et présentent de multiples applications possibles. Choisir le bouchon adapté et pratiquer un trou au milieu. Son diamètre doit être un peu plus petit que le diamètre du câble avec la gaine thermorétractable. Ainsi, après le montage, il ne pourra pas y avoir d'eau s'infiltrant à l'intérieur entre la gaine thermorétractable et le bouchon.

Dénuder les extrémités des câbles

Dénuder les extrémités des câbles sur env. 10 mm et les munir de contacts à sertir, par ex. HELLA réf. 8KW 732 567-003. Chauffer ensuite les manchons rétractables des contacts à sertir à l'aide d'un pistolet à air chaud jusqu'à ce qu'ils « collent » au câble.

Insérer le bouchon en caoutchouc dans le perçage.

Coller des bandes de caoutchouc mousse sur la surface d'appui.

Afin que ni eau, ni salissures ne puissent continuer à s'infiltrer derrière le feu comme jusqu'à présent, l'utilisation de bandes de caoutchouc mousse minces est recommandée. Celles-ci existent en diverses épaisseurs et largeurs. L'important est qu'elles soient dotées d'une couche adhésive sur un côté. Coller les bandes de caoutchouc mousse tout autour de la surface d'appui du feu. Laisser libre une section d'environ 1 cm de long seulement au bord inférieur pour que l'eau de condensation etc. puisse s'écouler.

Équiper le porte-lampes de lampes

Équiper le porte-lampes de lampes à incandescence et enficher les contacts sertis.

Souffler les impuretés hors du feu.

Souffler les impuretés hors du feu à l'aide d'air comprimé non lubrifié.

Monter le porte-lampes sur le feu

Monter le porte-lampes sur le feu puis revisser ce dernier sur la caisse.

RÉPARATION DU FEU DE POSITION LATÉRAL: INSTRUCTIONS

Les mêmes problèmes apparaissent sur le feu de position latéral après le démontage. Par le passé, on a très largement eu recours à du mastic à joint pour empêcher la pénétration d'humidité à cet endroit (voir figure 8). Cette mesure n'a malheureusement pas eu le succès escompté.

 

Les contacts sertis sont totalement oxydés, ce qui a entraîné en définitive la défaillance du feu.

 

De manière générale, il ne faudrait jamais monter ou isoler des feux encastrés dotés de lampes à incandescence à l'aide d'un mastic d'étanchéité ou d'un adhésif. En cas de défaillance d'une lampe, le feu ne peut que difficilement, voire plus du tout, être démonté. Et dans de tels cas, il ne reste plus qu'une chose à faire : tout remettre en état !

Nettoyer la surface d'appui

Nettoyer la surface d'appui en enlevant le mastic d'étanchéité à l'aide d'un nettoyant adapté.

Couper les anciens contacts sertis

Dénuder les extrémités des câbles sur env. 10 mm et les munir de contacts à sertir, par ex. HELLA réf. 8KW 732 567-003. Chauffer ensuite les manchons rétractables des contacts à sertir à l'aide d'un pistolet à air chaud jusqu'à ce qu'ils « collent » au câble.

Nettoyer les contacts sur le culot de lampe, remplacer le culot de lampe le cas échéant

Ce feu de position latéral ne possède pas de joint en caoutchouc assurant l'étanchéité vis-à-vis du support en plastique. Ici aussi, il y a le risque que l'eau se fraye un chemin entre la caisse et le boîtier du feu. Ce processus est encore plus favorisé par le courant d'air dû au déplacement. Pour les feux encastrés présentant un culot de lampe rond, il est donc indiqué d'utiliser des joints toriques comme moyen d'étanchéité. Si aucun joint torique adapté n'est à votre disposition, servez-vous de votre coffret d'assortiments de joints toriques pour systèmes de climatisation. Glisser le joint torique jusqu'à la plaque de base du feu.

 

Attention ! Le joint torique ne doit pas être trop épais. Après le montage, le feu doit être affleurer la caisse.

Fixer le culot de lampe dans le feu

Enficher les contacts sertis sur le culot de lampe

Enficher les contacts sertis sur le culot de lampe et revisser le feu sur la caisse.

Conclusion

Lorsque les systèmes de feux sont montés ou réparés en connaissance de cause et avec le bon matériel, les effets de l'humidité peuvent être réduits au minimum imposé par les lois physiques. Ceci est valable pour la plupart des feux à LED, ainsi que pour les feux dotés de lampes conventionnelles.